Sous l'influence du destin familial
Elisabeth Horowitz
Prix: 22.00 €
John et Jackie, mythes et scandales
Christopher Andersen
Prix: 19.95 €
S'identifier
inscription
Contacter le Webmaster

This website in english
Livres - Meilleures ventes
Michael Drosnin
Billie Sol Estes, William Reymond
Thierry Lentz
Jacques Legrand (collectif)
William Reymond

Forum
[ Fils - Stats ]
15 janvier 2005 à 21h35
2 mars 2005 à 18h06
6 août 2001 à 22h19
25 août 2004 à 01h35
27 janvier 2004 à 09h02

Revues sur l'assassinat

L'étrange suicide du treizième témoinMort de KennedyOswald n'a pas tiréLe mystère KennedyLe Mystère Kennedy

Photos

Chronologie

Décès de Fletcher Prouty
Mardi 5 juin 2001
16 millions de dollars pour...
Vendredi 16 juillet 1999
3000 pages de l'autopsie dé...
Dimanche 2 août 1998
George W. Hickey débouté
Lundi 29 septembre 1997
Les dossiers de J. Lee Rank...
Jeudi 3 juillet 1997
George W. Hickey porte plainte
Vendredi 21 avril 1995
Décès de Jackie Kennedy
Jeudi 19 mai 1994
Sortie aux USA du film "JFK"
Vendredi 20 décembre 1991

Lee harvey oswald

Messages 0 à 20 sur 21 [ 0-1 ]

bakala
Jeudi 28 octobre 2004 à 04h07 #11838 Modification de ce message Citer ce message
Bonjour,

je suis nouveau sur ce forum, je le lis depuis un bon moment cependant.
Je suis fasciné par le personnage de lee harvey oswald, je ne sais pas quoi croire...
vos opinions sur cet homme svp

Jeanmaguru
Jeudi 28 octobre 2004 à 09h21 #11839 Modification de ce message Citer ce message
Enfance difficile, existence misérable, en marge de la société débouchent sur une énorme frustration. Le hasard (ou le destin, comme diraient certains) le placent devant les forces du Mal.

À n'en point douter, c'est le séjour en URSS qui intéresse les commanditaires de l'assassinat. Le montage du complot ne pouvait trouver bouc émissaire plus idéal. Il est très probable qu'il n'ait été que l'un des tueurs ou même pas. Un pauvre mec, au propre comme au figuré.

En réalité, son passé, produit des services secrets, et le rôle qu'on a voulu lui faire jouer dans l'Affaire en ont fait un personnage trouble, insaisissable jusqu'ici. C'est une énigme!

oswaldiste
Jeudi 28 octobre 2004 à 14h36 #11842 Modification de ce message Citer ce message
Jeanmaguru, pourrais tu étayer ta thèse?

Non parceque bon autant le début ça va:
"Enfance difficile, existence misérable, en marge de la société débouchent sur une énorme frustration."

Autant le reste est un rempli de préjugés:
"c'est le séjour en URSS qui intéresse les commanditaires de l'assassinat": ah bon? tu as les noms? qui étaient ces commanditaires alors? comment se sont ils rencontrés? où? quand? comment?
Si c'est l'URSS que tu considères comme étant le commanditaire, comment expliquer dans ce cas là, qu'ils ne se soient pas intéressés à lui? qu'ils aient décidé de le renvoyer au bout d'une semaine? Si c'est la CIA qui l'a envoyé sur place, qu'est-ce qu'il a bien pu ramener? et pourquoi dans ce cas, le gouvernement américain a mis tant de temps à lui donner son visa de retour?

"Il est très probable qu'il n'ait été que l'un des tueurs ou même pas": ah bon? mais qui étaient les tireurs alors? d'où ont ils tiré? avec quelle arme? quelle preuve as tu?
Même pas? alors comment expliqué qu'on ait retrouvé son arme à lui sur les lieux? avec ses empreintes dessus? de fibres de sa chemise? des fibres de la couverture qui enveloppait son arme sur le paquet qu'il transportait?
Comment expliques tu qu'OSwald, qui rêvait de gloire et d'attention aurait laissé sa place à quelqu'un d'autre? comment expliques tu que les témoins qui ont vu le nid du tireur décrivent quelqu'un qui ressemble à Oswald?

"En réalité, son passé, produit des services secrets, et le rôle qu'on a voulu lui faire jouer dans l'Affaire en ont fait un personnage trouble, insaisissable jusqu'ici. C'est une énigme!"
Bien entendu, la CIA recherchait a recruté ce genre de personne: solitaire, en marge, dyslexique, sans éducation, 20 ans, haute opinion de lui même, refractaire à l'autorité... le profil idéal de l'homme que la CIA recherche à recruter bien sur lol

Bref je pense que ton message ne fait qu'embrouiller les gens, sans s'appuyer sur des éléments clairs et factuels...

Teigne warreniste
Jeudi 28 octobre 2004 à 20h05 #11844 Modification de ce message Citer ce message
Le malheur avec Ozzie, c'est que son passé peut servir à justifier ses actions du 22 novembre 63... Et le FBI, qui connaissait ses antécédents, été blâmé pour ne pas avoir identifié auprès du Service secret, Ozzie comme une menace potentielle à la vie du Président...

Comme disait si bien J. Edgar Hoover, des cas comme Ozzie, il y en avait à la tonne, et dans un ville comme New-york, il aurait fallu que le FBI surveille simultannément 7000 à 8000 crackpots semblables lors d'une visite présidentielle... Ce qui était littéralement impossible...

Sphinx
Jeudi 28 octobre 2004 à 21h01 #11845 Modification de ce message Citer ce message
La curiosité me vient de savoir comment parvenez-vous au calcul des 7 000 à 8 000 individus "semblables" à Oswald dans la ville de New York - où tellement de présidents ont été assassinés, par ailleurs, n'est-ce pas ?!?! - et surtout, quel est le contenu réel, hypothétique ou "scientifique" de cette similitude étant donné les particularités du parcours ?!!? biographique du personnage en question ?

bakala
Vendredi 29 octobre 2004 à 00h23 #11847 Modification de ce message Citer ce message
Tres interessant,

et que sais t'on de marina? quelle est sa version?
apres tout c'est une fort jolie femme qui a marié l'homme qui a changé a jamais le cour de l'histoire ou celui qui aura été le plus grand bouc émissaire de tous les temps.

quel est son profil?

Teigne warreniste
Vendredi 29 octobre 2004 à 01h27 #11848 Modification de ce message Citer ce message
Faut vraiment avoir été à New York pour se rendre compte que ça tient du miracle...

Visitez le fameux Bus Terminal de la 8 ième Avenue ou encore le Grand Central Terminal pour vous en convaincre... Les "illuminés" y pullulent.

Sphinx
Vendredi 29 octobre 2004 à 15h22 #11851 Modification de ce message Citer ce message
Les faits sont les faits et il ne faut pas les esquiver lorsqu'ils mettent en difficulté les interprétations avec lesquelles on prétend comprendre certains événements ; encore moins s'il vous faut en arriver au miracle pour préserver ces interprétations !

Je connais suffisammment New York "en direct" pour pouvoir me faire une idée et je me suis rendu à Washington à une époque où cette ville était en tête du hit-parade de morts par arme à feu - il me semble que cela n'a pas beaucoup changé depuis -, mais je crois - et je suis persuadé que vous aussi - que la question n'est pas là.

Franchement l'assimilation « Oswald / "illuminés" » est un peu gratuite, simpliste et confond plus qu'elle n'éclaire ; la comparaison entre deux éléments sert à la fois pour en établir les ressemblances et les différences et je doute fort que la biographie de vos "illuminés" de New York, ou des "violents" de Washington puisse vraiment se rapprocher des "particularités" de celle d'Oswald. Il faudrait au surplus savoir si l'on s'intéresse au profil d'assassins réels, présumés ou potentiels ou bien, plutôt, à celui de personnages susceptibles d'être utilisés pour jouer ce rôle dans certaines circonstances et pouvoir satisfaire ainsi l'opinion publique ou, du moins, une partie de celle-ci. En ce sens, souscrire, directement et sans plus, les excuses "lieux communs", vraiment "light" et passablement effrontées, de "notre ami" Hoover revient quasiment à éliminer toute capacité de jugement et de sens critique dans l'analyse qui est faite.

Notre "intuition rationnelle" nous dit, qu'indépendamment de la densité d'illuminés au mètre carré, JFK avait plus de chances de se faire descendre à Dallas qu'à New York ou à Washington (ce qui, bien entendu, n'exclut pas la possibilité d'attentats réussis, ni dans ces villes ni dans d'autres, et même d'aller volontairement à l'encontre de ce, supposé, plus grand risque potentiel objectif, pour conserver, justement, le facteur surprise ; RFK, par exemple ?!). En fait, de nos jours, un éventuel "nouveau" JFK ("...à la semaine prochaine, peut-être ?!?!") se trouverait toujours en situation de plus grand risque au Texas qu'à New York.

Teigne warreniste
Vendredi 29 octobre 2004 à 15h39 #11854 Modification de ce message Citer ce message
Oswald était un "misfit", quelqu'un qui avait de la difficulté à se faire une place dans la vie. Tous les misfits ne deviennent pas assassin de président, mais je n'ai jamais vu d'assassin de politicien tout à fait équilibré... surtout aux USA...

Dans la société américaine, Ozzie était un nobody, un raté à 24 ans, et Marina n'arrêtait pas de le lui rappeller... Dur à prendre pour quelqu'un qui avait l'impression d'être un être supérieur à la moyenne mais qui devait survivre de petits emplois et de prestations d'assistance-sociales...

Teigne warreniste
Vendredi 29 octobre 2004 à 15h53 #11855 Modification de ce message Citer ce message
Ozzie rêvait de faire quelque chose de "grand" qui lui permette de sortir de la "masse anonyme"...

Mais comment peut-on devenir "grand" quand on n'a pas de niveau d'éducation supérieur, mais qu'en fait on n'est qu'un drop out de high school?...

Même Dubya était au moins un "C" student de Yale et d'Harvard...

Teigne warreniste
Vendredi 29 octobre 2004 à 16h09 #11856 Modification de ce message Citer ce message
Ozzie a tout simplement sublimé ses frustrations personnelles dans la politique et il a épousé la cause marxiste durant son adolescence à New York City, alors qu'il vivait une phase particulièrement difficile de sa vie...

Petit provincial venu du Sud, il était rejetté par le milieu qui se moquait de ses vêtements "western" et de son accent sudiste. La vie dans le Bronx était un enfer, et très vite Ozzie a préférré la compagnie des animaux du Zoo à celle des humains...

Teigne warreniste
Vendredi 29 octobre 2004 à 16h43 #11857 Modification de ce message Citer ce message
Ozzie connut un véritable choc culturel dans la "Big Apple"... Même s'il n'était pas personnellement raciste, la vie dans une ville où les écoles étaient multiculturelles et multiraciales a dû être un choc pour lui, habitué q au système "all white" des écoles de la Nouvelle-Orléans...

Teigne warreniste
Vendredi 29 octobre 2004 à 16h54 #11858 Modification de ce message Citer ce message
À la Nouvelle-Orléans, il était le "bully" de sa classe, mais à New-York, les choses n'étaient plus les mêmes... On se moquait de lui, et il a dû être victime de "taxage", ce qui explique son absentéisme chronique...

Ozzie, devenu adepte de l'école buissonnière, n'était pas le petit bum standard new-yorkais. Contrairement aux autres jeunes "truands", Ozzie ne faisait pas partie de bandes de jeunes voyous, mais était un solitaire qui perdait son temps , par exemple, à lire ou à regarder la télé, ou encore à se balader en métro ou à visiter le zoo, plutôt qu'aller à l'école...

À New-York, Ozzie a vraiment vécu l'isolation dans la foule "solitaire"... Un "mur invisible" l'empêchait de pouvaoir s'intégrer à la vie locale...

oswaldiste
Vendredi 29 octobre 2004 à 17h58 #11859 Modification de ce message Citer ce message
Oswald n'était pas vraiment un illuminé: c'était plutôt un raté qui avait l'impression d'être une personne supérieure.
Il avait l'impression que quelqu'un un jour le reconnaîtrait, et au lieu de ça, sa vie a été une succession d'échec:
- rejet par les autres durant son enfance
- pas vraiment intégré dans les marines
- quand il décide de partir pour l'URSS, il pense qu'en tant qu'ex marines, il va être accueilli comme un héros: hors à la place, on le vire au bout d'une semaine comme s'il ne représentait vraiment rien d'intéressant!
- il espère faire des études à Moscou pour gagner un rang honorable dans la socièté: au lieu de ça on l'envoie comme ouvrier à Minsk!
- quand il arrive à Minsk, il pense qu'il va être le centre de toutes les attentions: c'est un peu le cas, mais la monotonie de cette vie va vite le lasser
- il espère se marrier avec Ella: elle ne fera que le rejetter!
- il espère être accueilli en héros par une horde de journaliste pour son témoignage sur l'URSS à son retour: personne!
- il pense qu'il va pouvoir écrire un manifeste sur la vie en URSS, devenir un grand consultant de la question russe: le FBI lui demande juste ce qu'il a fait
- en avril 1963: il met en place un plan "génial" (selon lui) et imparable pour abattre le général Walker: un montant de fenêtre viendra le contrarier!
- il pense pouvoir embrasser la cause Cubaine et monter une section du FPCC à la Nouvelles Orléans: il restera à jamais le seul et unique membre, malgré une petite « gloire » éphémère suite à son passage à la radio
- il se décide à aller directement à Cuba, où il pense qu'il pourra être un excellent compagnon de route pour Fidel: il se fera refouler au consulat de Mexico! (il est pas aller bien loin...)
- il se fait régulièrement refouler pour du boulot malgré la haute estime qu'il avait de lui

Bref sa vie est une succession d'échec, Marina n'hésite pas à lui rappeler, à lui balancer à la figure ces échecs et il le vit mal.
Donc quand le 20 novembre il apprend que JFK va passer sous ses fenêtres, il prend sa comme un signe (pas de Dieu, il était pas très religion): au lieu d'aller au devant de plans foireux, cette fois, une opportunités énormes venait à lui! Il n'a pas pu, pas voulu rater ça!

Sphinx
Vendredi 29 octobre 2004 à 18h27 #11860 Modification de ce message Citer ce message
Un inadapté et un illuminé sont deux choses très différentes la plupart du temps ; des inadaptés, il y en a de toute sorte, à tous les degrés et ils peuvent suivre des parcours très divers. Les personnes plus ou moins déracinées, plus ou moins solitaires, qui regardent trop la télé où qui se trouvent isolées au milieu des grandes villes - c'est parfois l'anonymat ce qu'ils y cherchent, volontairement, dans ces grandes agglomérations - ou encore qui font l'école buissonière, connaissent des difficultés / conflits / insatisfactions / échecs / frustrations / déceptions dans leurs études / efforts / projets / travail, avec leurs "camarades", amis, familles ou avec leurs époux / épouses, sont si nombreuses et répandues qu'elles en viennnent à définir, dans la pratique, certaines des caractéristiques ou problématiques les plus présentes et fréquentes chez l'humain contemporain.

Par ailleurs, Oswals est un "inadapté" soldat, marine, en mission dans une base militaire à l'étranger, qui émigre en URSS, qui est tout de même marié, suffisamment doué pour certains apprentissages, pour un certain activisme et qui devrait être considéré capable de réussir le meurtre de JFK...

Il faut rappeler aussi, comme bon nombre d'experts l'ont signalé, que ce type de personnalités, en partie inadaptées, déboussolées, en quête de sens et, en même temps suffisamment intelligentes, disposant de certaines capacités, en rupture de situation, relativement malléables et "trop isolées", sont les idéales quand il s'agit de "captation", manipulation, duperie "orientée", instrumentalisation and so on...

Teigne warreniste
Vendredi 29 octobre 2004 à 19h47 #11861 Modification de ce message Citer ce message
L'assassinat de JFK est vraiment la seule chose de "grande" qu'Ozzie ait réussie dans sa vie, et grâce à cet événement, Ozzie, cet homme d'avant-garde, avec même pas un diplôme de secondaire en poche, est passé à l'Histoire... Il a obtenu finalement ce qu'il voulait: la célébrité...

Teigne warreniste
Vendredi 29 octobre 2004 à 19h57 #11862 Modification de ce message Citer ce message
La différence entre "illuminé" et "inadapté" est souvent illusoire... Ozzie, l'inadapté a cherché à compenser pour ses échecs et ses limitations dans la vie réelle, en se réfugiant dans le monde utopique et imaginaire de ses lectures...

Des dyslexiques comme Ozzie se réfugient souvent dans un monde imaginaire pour se protéger du monde réel. Les meurtriers "sociaux" sont souvent des gens qui ont accumulé leur lot de frustrations, parce qu'ils ne comprennent pas ce qu'il leur arrive et surtout pourquoi ils sont "gauches" dans la vie...

bakala
Vendredi 29 octobre 2004 à 20h19 #11864 Modification de ce message Citer ce message
Merci pour vos commentaires,

c'est tres interessant, j'ai beaucoup lu hier sur marina et lee oswald, c'est tout a fait passionnant ce que le destin peut parfois reserver, meme a des ratés de la pire espece.

sinouhe
Mercredi 3 novembre 2004 à 11h21 #11915 Modification de ce message Citer ce message
Oswaldiste :
"Donc quand le 20 novembre il apprend que JFK va passer sous ses fenêtres, il prend sa comme un signe (pas de Dieu, il était pas très religion): au lieu d'aller au devant de plans foireux, cette fois, une opportunités énormes venait à lui! Il n'a pas pu, pas voulu rater ça!"

dans ce cas, pourquoi ne reste-t-il pas au 5e étage pour se faire arrêter en flagrant délit ? et pourquoi cacher son fusil avant de quitter les lieux ? il sort du TSBD libre, il a tué le président mais personne ne sait qu'il est l'assassin. si il recherche la "célébrité", c'est encore raté...
même après son arrestation, il n'avoue toujours pas son crime.

oswaldiste
Mercredi 3 novembre 2004 à 13h34 #11917 Modification de ce message Citer ce message
Ce que voulais Oswald c'était avant tout la reconnaissance de l'acte: pour l'assissinat de Walker, il n'est pas resté sur les lieux!
Il voulait juste voir dans les journaux qu'un "héros" avait agit.

Même chose pour Kennedy: il ne voulait pas se faire prendre, il voulait montrer qu'il était capable d'un tel geste et qu'il avait l'intelligence pour s'en sortir!
De plus au moment de son arrestation, il a d'abord été inculpé du meurtre d'un policier (Tippit) et non du président. Et ça dans un commissariat, c'est beaucoup moins populaire!

Il voulait surement se servir de ce fait d'armes pour rallier Cuba ou retourner en URSS en héros...

[ Ce Forum est fermé ]

[ Ce fil est clos ]

De nombreux livres très rares sur Chapitre.com: Avec Kennedy Pierre Salinger Le temps du souvenir Rose Kennedy L'Amérique brûle James Hepburn Le jour où Kennedy fut assassiné Luc Bernières Citizen Hughes: L'Homme qui acheta l'Amérique Michael Drosnin Réduction de 5 euros avec le code "CADEAU"


Jack Ruby, John F. Kennedy, Howard Hughes, Lee Harvey Oswald, Billie Sol Estes, Sam Giancana, Bill Greer, J.D. Tippit, Fidel Castro, John Ligget, David Ferrie, Clay Shaw, Jean Hill, Lee Bowers, Earl Warren, Craig Zirbel, Frank Church, William Whaley, Betty Mc Donald, Robert F. Kennedy, Thomas Dillard, Jeane Dixon, Valery Kostikov, Edward Haggerty, Caroline Lebeau, John Gedney,...

Santo Trafficante Jr: Ce chef de la Mafia en Floride est accusé d'avoir menacé plusieurs fois la vie de JFK. Trafficante fut très impliqué dans des plans de la CIA destinés à assassiner Fidel Castro. On dit qu'il aurait...