John F. Kennedy
Pierre-Henri Verlhac, Yann-Brice Dherbier
Prix: 37.95 €
J.F.Kennedy
Jean Lacouture
Prix: 8.00 €
S'identifier
inscription
Contacter le Webmaster

This website in english
Livres - Meilleures ventes
Michael Drosnin
Billie Sol Estes, William Reymond
Thierry Lentz
Jacques Legrand (collectif)
William Reymond

Forum
[ Fils - Stats ]
15 janvier 2005 à 21h35
2 mars 2005 à 18h06
6 août 2001 à 22h19
25 août 2004 à 01h35
27 janvier 2004 à 09h02

Revues sur l'assassinat

L'étrange suicide du treizième témoinMort de KennedyOswald n'a pas tiréLe mystère KennedyLe Mystère Kennedy

Photos

Chronologie

Décès de Fletcher Prouty
Mardi 5 juin 2001
16 millions de dollars pour...
Vendredi 16 juillet 1999
3000 pages de l'autopsie dé...
Dimanche 2 août 1998
George W. Hickey débouté
Lundi 29 septembre 1997
Les dossiers de J. Lee Rank...
Jeudi 3 juillet 1997
George W. Hickey porte plainte
Vendredi 21 avril 1995
Décès de Jackie Kennedy
Jeudi 19 mai 1994
Sortie aux USA du film "JFK"
Vendredi 20 décembre 1991

Lyndon B. Johnson, ce complice...

5 messages

RUBY
Mercredi 5 décembre 2001 à 16h31 #1930 Modification de ce message Citer ce message
La 1ère version du NSAM 276 de LBJ annulant le 263 de Kennedy, rendu public est daté...DU 21 NOVEMBRE 1963!!!
POURQUOI?????

Fireflare
Mercredi 5 décembre 2001 à 17h14 #1931 Modification de ce message Citer ce message
Bonne question, en tout cas chronologiquement ca confirme la declaration de son ex-maitresse Madeleine Brown. Ce qui confirme la complicité de meurtre.
Le NSAM 276 est-il disponible qquepart sur Internet ?

So What
Jeudi 6 décembre 2001 à 01h30 #1934 Modification de ce message Citer ce message
Le NSAM 276 a été signé le 26 décembre 1963 et traite des réductions dans les programmes d’aide aux pays étrangers.
NSAM 276: Distribution of Foreign Aid Cuts


C’est le NSAM 273 daté du 26 novembre 1963, qui fait référence au NSAM 263 daté du 11 octobre 1963 - tous les deux traitant du Sud-Vietnam.

A propos du NSAM 263, on peut lire notamment dans le NSAM 273:
2. The objectives of the United States with respect to the withdrawal of U. S. military personnel remain as stated in the White House statement of October 2, 1963.

NSAM 273: South Vietnam
NSAM 263: South Vietnam
"McNamara -Taylor Report on Vietnam" auquel fait référence le NSAM 263

Bref, encore une tempête dans un verre d’eau d’autant que le mémo n°273 rédigé par McGeorge Bundy fait référence aux décisions prises le 20 novembre lors de la conférence d’Honolulu, donc sous la présidence de JFK. Celui-ci en était forcément averti et aurait sans nul doute approuvé et signé ce mémo à son retour du Texas.
Associated Press Report on the Honolulu Conference

Quant à la version du 21 novembre au contenu d'ailleurs totalement identique, c'était un brouillon logiquement soumis à l’approbation des signataires responsables avant sa mise en forme pour une validation finale.
NSAM 273: transcription du document final suivi de son brouillon.

_________________

Nous, membres des administrations Kennedy et Johnson parties prenantes aux décisions sur le Vietnam, avons agi selon ce que nous pensions être les principes et les traditions de notre pays.
Robert Mac Namara (Avec le recul: la tragédie du Vietnam et ses leçons")

Nicolas Bernard
Vendredi 7 décembre 2001 à 01h12 #1936 Modification de ce message Citer ce message
Merci beaucoup pour ces mises au point. On ne peut guère soutenir en effet que la politique américaine au Vietnam ait connu un revirement brutal avec l'assassinat de Kennedy. Johnson lui-même n'était absolument pas tenté par l'aventure. L'armée et la CIA étaient divisés sur le modus operandi : les militaires prônaient une intervention plus musclée, ce que rejetait la CIA, qui préférait s'en tenir au maintien des "conseillers" et à des opérations spéciales.

Néanmoins, il est probable que Kennedy envisageait réellement un désengagement plus sérieux du Vietnam, qu'il comptait peut-être "neutraliser" à la manière coréenne et cubaine. Le revirement de la politique étrangère de Kennedy à l'issue de la crise des fusées est en effet, lui, indéniable. Kennedy a laissé tomber l'invasion de Cuba : rien n'indique qu'il n'aurait pas fait de même l'égard du Sud-Vietnam. Son expérience de ce point chaud de la Guerre froide interdit de penser que JFK aurait suivi la même politique vietnamienne adoptée par Johnson à contrecoeur. Kennedy avait fini par acquérir une vision du monde bien plus évoluée, bien plus vaste et bien plus lointaine que Johnson, sans vouloir rabaisser ce dernier. Un calculateur, certes, mais au nom de la "coexistence pacifique".

Kennedy n'a probablement pas été assassiné pour le Vietnam, même si l'on peut penser que des hauts-responsables, ayant cru qu'il se retirait totalement du pays, ont laissé libre cours à leur exaspération et couvert mollement et surtout après-coup un projet d'attentat monté par des anticastristes et des mercenaires de la CIA.

Dix ans plus tôt, le bras droit de Staline, Lavrenti Béria, chef de la police politique et paradoxalement partisan d'une "détente" avec l'Ouest, était liquidé purement et simplement d'une rafale de mitraillette par des soldats soviétiques agissant au nom des officiers supérieurs de l'Armée rouge en cheville avec la faction rivale (et nombreuse) de l'ancien "tchékiste" reconverti chef d'orchestre de la destalinisation... Et un an plus tard, le principal bénéficiaire de la mort de Béria, Nikita S. Khrouchtchev, paierait le prix de ses "erreurs" en Affaires Etrangères (Cuba, Berlin...) et en politique intérieure (réforme en profondeur du parti communiste), démis de ses fonctions en douceur, lui, par une nouvelle troïka soutenue par l'Armée rouge.

So What
Samedi 8 décembre 2001 à 23h41 #1944 Modification de ce message Citer ce message
Arf’, décidement les soviets ont toujours eu le doigt un peu crispé sur la détente... :-)

Je crois que c’est justement Khrouchtchev qui aimait parfois raconter à ses interlocuteurs cette boutade qui vaut autant pour la détente que pour la liberté:

Dans les coulisses de Yalta, deux diplomates, un américain et un russe devisent sur les mérites respectifs des régimes politiques qu’ils représentent. L’américain annonce le premier la couleur:
- Moi dans mon pays, je peux très bien entrer un matin dans le bureau de Roosevelt, dire le plus grand mal du Président des Etats-Unis et combien dorénavant je vais lutter contre sa politique, puis en ressortir aussi libre que j’étais venu.
- Eh bien moi dans mon pays, rétorque le russe guère impressionné par cette impudence, je peux très bien entrer un matin dans le bureau de Staline, dire le plus grand mal du Président des Etats-Unis et combien dorénavant je vais lutter contre sa politique, puis en ressortir aussi libre que j’étais venu... mais avec une promotion.

Blagues russes et du Bloc de l’Est à l’époque communiste
_________________

La guerre du Vietnam. Un Américain crie:
- Vietnamiens, rendez-vous ! Vous avez perdu !
- Les Vietnamiens ne se rendent jamais ! Vite Ivanov, passe-moi un obus !
(Bonne blague soviétique de la fin des années 60)

[ Ce Forum est fermé ]

[ Ce fil est clos ]

De nombreux livres très rares sur Chapitre.com: John F. Kennedy Claude Moisy L'assassin du Président Kennedy Dominique Venner L'héritage des Kennedy Theodore C. Sorensen Dallas 22 novembre 1963 David E. Scheim Avec Kennedy Pierre Salinger Réduction de 5 euros avec le code "CADEAU"


Jack Ruby, John F. Kennedy, Howard Hughes, Lee Harvey Oswald, Billie Sol Estes, Sam Giancana, Bill Greer, J.D. Tippit, Fidel Castro, John Ligget, David Ferrie, Clay Shaw, Jean Hill, Lee Bowers, Earl Warren, Craig Zirbel, Frank Church, William Whaley, Betty Mc Donald, Robert F. Kennedy, Thomas Dillard, Jeane Dixon, Valery Kostikov, Edward Haggerty, Caroline Lebeau, John Gedney,...

Santo Trafficante Jr: Ce chef de la Mafia en Floride est accusé d'avoir menacé plusieurs fois la vie de JFK. Trafficante fut très impliqué dans des plans de la CIA destinés à assassiner Fidel Castro. On dit qu'il aurait...